Derniers sujets
» Quelle population?
Dim 10 Déc 2017, 23:11 par mick

» Bourse ARA 2018
Jeu 07 Déc 2017, 13:55 par matth

» fishipedia
Dim 29 Oct 2017, 22:09 par fishipedia

» Bourse de St hilaire de Villefranche, Dim. 8 Octobre.
Lun 18 Sep 2017, 20:37 par mick

» Projet aquarium.
Mar 06 Juin 2017, 23:38 par loulou

» heure du forum
Ven 26 Mai 2017, 21:28 par matth

» mon bac récifal 140L pour ocellaris pas a pas !!!!!
Lun 17 Avr 2017, 19:30 par jp56

» un breton énerver vaut deux vendéens
Lun 17 Avr 2017, 19:28 par jp56

» mon nanolife
Ven 07 Avr 2017, 17:42 par Franck

» Pierres Vivantes
Dim 02 Avr 2017, 19:04 par jp56

» projet 2012/13 360 litres Néo
Dim 02 Avr 2017, 19:02 par jp56

» La crevette mante
Dim 15 Jan 2017, 11:16 par matth

» tuto youtube aquariophilie
Jeu 12 Jan 2017, 11:18 par mick

» Nouvel aquarium
Dim 11 Déc 2016, 12:14 par matth

» nouvelles especes en cites.
Sam 10 Déc 2016, 17:00 par matth

» Bourse ARA 2017
Jeu 17 Nov 2016, 17:00 par ara91

» Savoir le sexe de mais piranah
Ven 29 Juil 2016, 01:16 par Maxime38500

» Follement malawi
Dim 24 Juil 2016, 08:43 par jp56

» Le poisson fantome
Ven 22 Juil 2016, 15:50 par Gilljay

» Pour l'achat des systemes CO2
Ven 01 Juil 2016, 16:14 par Gilljay

» Rio 300 (350L)
Sam 23 Avr 2016, 22:03 par matth

» Cycle de l'Azote
Mer 13 Avr 2016, 10:48 par matth

» France discus show à Arvert les 1-2-3 avril 2016
Sam 09 Avr 2016, 13:49 par Guy

» Bourse d'Arvert le 3 Avril 2016
Dim 03 Avr 2016, 14:35 par matth

» Scalaires...de plus près !
Sam 02 Avr 2016, 07:54 par maoro

» Enfin des photos du bac "en live"...
Sam 02 Avr 2016, 00:22 par matth

» choisir une filtration externe
Dim 13 Mar 2016, 22:59 par matth

» Bourse de rennes (servon sur vilaine) 5-6 mars 2016
Mar 08 Mar 2016, 17:00 par djiba

» Les bourses par chez vous..
Lun 07 Mar 2016, 22:50 par matth

» c'est parti pour les Haplos
Ven 22 Jan 2016, 13:08 par wild 53

» Bourse ARA
Jeu 07 Jan 2016, 21:59 par ara91

» Petit article de base sur les écumeurs
Mer 25 Nov 2015, 17:46 par recifalbox

» catastrophe au Brésil : rupture de barrages
Ven 13 Nov 2015, 13:57 par matth

» Bourse de Nantes (Bouguenais) le 11 octobre 2015
Sam 17 Oct 2015, 23:41 par matth

» Eclairage d'aquarium
Mer 14 Oct 2015, 15:46 par recifalbox

» re reproduction scalaires
Mar 06 Oct 2015, 23:30 par mick

» alevins scalaires
Mar 06 Oct 2015, 23:27 par mick

» takashi fait son show
Ven 04 Sep 2015, 16:54 par mick

» Bourse de St Hilaire de Villefranche 11 Octobre 2015
Jeu 03 Sep 2015, 00:16 par matth

» 450 l en jaubert
Mar 18 Aoû 2015, 09:23 par matth

» Condamnation de 4 aquariophiles, éleveurs d'agrément
Mar 18 Aoû 2015, 09:12 par matth

» Une nouvelle espèce de cichlidé rhéophile du fleuve Congo
Jeu 13 Aoû 2015, 17:53 par matth

» A l'orée du bois
Lun 20 Juil 2015, 23:12 par jp56

» Annonces.fish
Lun 01 Juin 2015, 18:11 par matth

» Aide population malawi
Jeu 07 Mai 2015, 20:18 par mick

» Le Marché des Poissons Transgéniques ... (Glo Fish)
Lun 27 Avr 2015, 18:46 par Douffdut85

» Sturisoma
Mar 21 Avr 2015, 19:13 par djiba

» 320L de L'Olive
Jeu 16 Avr 2015, 18:59 par Douffdut85

» bourse d'arvert 5 avril 2015 (club aqua 17)
Lun 06 Avr 2015, 08:51 par anticistrus

» BOURSE A SALLERTAINE
Mer 01 Avr 2015, 21:42 par matth


La FFA prépare sont AG

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La FFA prépare sont AG

Message par mick le Jeu 23 Mai 2013, 13:30


Blog L'aquarium à la maison

Bienvenue sur le Blog L'aquarium à la maison, retrouvez l'actualité de votre magazine.
La Fédération Française d'Aquariophilie prépare son assemblée générale
mardi 14 mai 2013
Logo FFA
Lors de la réunion de travail qui s'est déroulée à Neuilly-sur-Marne le 23 mars dernier, le conseil d'administration de la F.F.A. a abordé des sujets très divers pour préparer l'assemblée générale qui aura lieu en octobre prochain.



Projet européen de recensement des espèces dans le cadre de l'European Aquarium terrarium association (E.A.T.A.)

Le but est de recenser les espèces maintenues en aquarium.

La lenteur de progression du projet est probablement liée à l'emploi unique de la langue allemande. Mais ce fichier est indispensable et devrait être présenté en allemand, français et anglais. En outre et afin de préserver l'anonymat des contributeurs, il serait mieux que ce soit l'association E.A.T.A. qui dresse la liste des espèces reproduites par ses adhérents. Anton Lamboj, l'initiateur du projet, sera invité au prochain congrès pour présenter les tenant et aboutissant de ce recensement.



Anton Lamboj, au centre, est l'initiateur d'un projet pour le recensement des espèces maintenues en aquarium. © FFA



Travailler avec les professionnels sur la mise en place d'une charte d'éthique respectueuse des espèces

La F.F.A. propose de rencontrer le PRODAF (le plus important syndicat de commerçants animaliers) pour travailler sur l'interdiction de commercialisation éventuelle des trois espèces mentionnées au niveau des formations animalières : Pangassius sutchi, Botia macracantha et Balantiocheilus melanopterus. Il serait important de ne pas aller plus loin dans les interdictions, les autres espèces de grande taille n'étant pratiquement jamais importées. Il est préférable de travailler sur l'éducation plutôt que sur les interdictions qui, un jour ou l'autre, finiraient par se retourner contre l'aquariophilie.

Quant aux variétés d'élevage, la F.F.A. est claire : on peut ne pas apprécier ces variétés d'élevage, mais il faut accepter le travail des éleveurs à partir du moment où les résultats obtenus sont compatibles avec le bien-être des poissons. Il y a lieu de rester dans le cadre législatif et de lutter contre les manipulations génétiques, les colorations artificielles et tatouages.

La Fédération souhaiterait être alertée par les aquariophiles dans le cas où de telles dérives seraient constatées. Cela permettrait d'intervenir immédiatement auprès des autorités compétentes. Une « info alerte » sera placée sur la publication fédérale.



Balantiocheilus melanopterus, une espèce peut-être interdite de commercialisation dans les formations animalières. © FFA.



Espèces de flore et de faune invasives

La Fédération publiera la liste des espèces de faune et de flore invasives sous forme de dépliant. Cette liste sera également disponible sur le site Internet de la F.F.A.



Les bourses aquariophiles

Un mémorandum concernant les bourses a été rédigé. Il sera également disponible sur le site de la Fédération.

Quelques questions posées par les associations trouvent des réponses dont une qui traite des revenus des reproductions :

À partir de quand le vendeur en bourse exerce-t-il une activité lucrative ?

La réponse se trouve dans un courrier du ministère de l'Écologie : « ... dès lors que la reproduction revêt un caractère marginal au sein de l'élevage, c'est-à-dire que les animaux détenus le sont principalement à titre d'agrément et que seuls les animaux issus de la reproduction qui ne peuvent être conservés font l'objet de dons ou de vente, il y a lieu de considérer celui-ci comme un élevage d'agrément. Ces dispositions ne tiennent donc pas compte du chiffre d'affaire réalisé par l'élevage. La notion d'établissement d'élevage ne doit donc pas être appréciée au regard des seuils d'imposition fixés par le ministère de l'industrie et des finances. Toutefois, je vous rappelle qu'il appartient à chaque éleveur de se mettre en conformité avec les prescriptions en vigueur dans les autres domaines que ceux qui relèvent de la compétence du ministère de l'écologie et du développement durable, et notamment en matière de fiscalité. » En résumé, l'aquariophile qui vend le surplus de ses reproductions n'exerce pas une activité lucrative. Il s'agit d'un « élevage d'agrément » par opposition à un « établissement d'élevage » qui lui, est à but lucratif obligeant l'éleveur à détenir un certificat de capacité.

Par contre, le montant des ventes doit être mentionnée sur la déclaration de revenus au titre des bénéfices commerciaux (mais la franchise est élevée).



Une opération douanière à la bourse de Sallertaine

Lors de cette bourse, un éleveur, dont l'élevage ne relevait pas de l'agrément, a été l'objet d'une opération douanière lors de la bourse de Sallertaine.

Des membres de la F.F.A. ont rencontré Philippe Sanguinède (France Nano Récif) suite à cette intervention des douanes.

Concernant l'opération douanière de Sallertaine, les participants sont unanimes à reconnaître que la législation n'était pas respectée y compris pour la possession du certificat de capacité pour l'éleveur. Ses participations répétées aux bourses et le nombre de ses annonces de vente prouvent que son élevage n'était pas un « élevage d'agrément », mais bien un « établissement d'élevage » tel que défini par les critères du ministère de l'écologie.

Des commerçants sont hors la loi, tout au moins ceux qui refusent la délivrance des numéros CITES ; et ils sont nombreux. Il faut désormais les fuir et ne pas hésiter à les dénoncer.

Que faire des animaux sans CITES actuellement en possession des amateurs ? La F.F.A. décide de demander un moratoire au ministère de l'écologie de façon à « remettre les compteurs à zéro ». Cette demande sera également effectuée auprès des parlementaires.

P. Sanguinède signale au conseil d'administration que France Nano Récif se prononce pour l'interdiction d'importation de nombreuses espèces et prend l'exemple de Zebrasoma flavescens.

Selon la F.F.A., les interdictions sont très dangereuses. De plus, autoriser les importations permet aux aquariophiles de tenter des reproductions. Même si elles ne sont pas encore très nombreuses, les espèces marines capables de se reproduire en aquarium sont en progression constante.

Actuellement, plus de 150 espèces marines sont élevées dans des fermes aquatiques de Floride.



Relations avec les ministères

Le ministère va être relancé par la Fédération afin que les représentants des associations puissent entrer dans les commissions départementales délivrant les certificats de capacité.



Certificat de compétence

Ce certificat de compétence sera une reconnaissance de la capacité de l'amateur à maintenir les espèces en respectant la politique du bien-être animal et du développement durable. Elle servira à distinguer les amateurs reconnus pour leurs compétences à maintenir et à élever des espèces animales.

La certification sera accordée à tout aquariophile désireux de faire reconnaître sa passion, qu'il possède un ou plusieurs aquariums, qu'il soit ou non spécialisé. En aucun cas cette certification ne pourra être utilisée à des fins lucratives. Elle sera accordée par une commission fédérale sur présentation d'un dossier.

Le conseil d'administration de la F.F.A.



avatar
mick
Admin forum &
Président Club

Age : 26
Localisation : Argenton l'Eglise

Voir le Profil Aquariophile
Dernière mise à jour: 02/05/13

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La FFA prépare sont AG

Message par mick le Jeu 23 Mai 2013, 13:31

petit complément sur le recensement d'espèce

Personnellement je n'avais jamais entendu parler de ce site : http://www.aquaticrepublic.com/
C'est une base de donné créé par ETEA si j'ai bien suivi afin de recenser les espèces aquariophiles maintenu, afin de mieux défendre cette passion (du moins plus intelligemment)

Il a été demandé que toutes les associations locales d'aquariophilie doivent faire la promotion du site. il se déplace lentement... Mais ce n'est pas une raison pour dire que l'EATA ne bougent pas ...
Simplement, cela prend du temps ... Et je dis la menace est PETA et d'autres associations similaires qui disent aux politiciens européens que nous n'avons pas à tenir les animaux avec nous ...


j'ai demandé plus d'info pour le moment sans réponses, par exemple sur le fait d'y retrouver du ramirezi blue electric recensé scratch pas connaissance qu'il se trouve en milieu naturel





concernant le premier post, les sujets à retenir serait (si sa avance Rolling Eyes ):
- Projet européen de recensement des espèces dans le cadre de l'European Aquarium terrarium association (E.A.T.A.)
- Travailler avec les professionnels sur la mise en place d'une charte d'éthique respectueuse des espèces
- Espèces de flore et de faune invasives

La Fédération publiera la liste des espèces de faune et de flore invasives sous forme de dépliant. Cette liste sera également disponible sur le site Internet de la F.F.A.

-Les bourses aquariophiles / Certificat de compétence
avatar
mick
Admin forum &
Président Club

Age : 26
Localisation : Argenton l'Eglise

Voir le Profil Aquariophile
Dernière mise à jour: 02/05/13

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La FFA prépare sont AG

Message par jp56 le Jeu 23 Mai 2013, 14:25

super tout ca
les choses avancent dans le bon sens je trouve

avatar
jp56

Age : 38
Localisation : BZH
Humeur : une poignee d 'abeilles vaut mieux qu 'un sac de mouche

Voir le Profil Aquariophile
Dernière mise à jour: 25/07/2015

Voir le profil de l'utilisateur http://ombressauvages.wix.com/photographie

Revenir en haut Aller en bas

Re: La FFA prépare sont AG

Message par mick le Ven 24 Mai 2013, 22:35

je ne savais pas trop comment répondre,
Ronnin le fait sur Abio  Arrow   http://www.aquabiotope.org/t1353p120-dialogue-avec-la-ffa#18797


Dernière édition par mick le Dim 21 Juil 2013, 19:58, édité 1 fois
avatar
mick
Admin forum &
Président Club

Age : 26
Localisation : Argenton l'Eglise

Voir le Profil Aquariophile
Dernière mise à jour: 02/05/13

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La FFA prépare sont AG

Message par RONNIN le Sam 25 Mai 2013, 04:07

Nuit,

Je ne voulait pas exporter mes idées, pas forcement du gout de tous, mais si tu trouve ca pertinent tu peux le publier.

Amicalement,
avatar
RONNIN

Age : 52
Localisation : Rochefort
Humeur : bonne

Voir le profil de l'utilisateur http://www.aquaphot.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La FFA prépare sont AG

Message par mick le Sam 25 Mai 2013, 08:05

merci, je partage, après chacun l'entend comme il le souhaite Smile

RONNIN a écrit:Jour,

La F.F.A. propose de rencontrer le PRODAF (le plus important syndicat de commerçants animaliers) pour travailler sur l'interdiction de commercialisation éventuelle des trois espèces mentionnées au niveau des formations animalières : Pangassius sutchi, Botia macracantha et Balantiocheilus melanopterus. Il serait important de ne pas aller plus loin dans les interdictions, les autres espèces de grande taille n'étant pratiquement jamais importées. Il est préférable de travailler sur l'éducation plutôt que sur les interdictions qui, un jour ou l'autre, finiraient par se retourner contre l'aquariophilie.

C'est très bien ! mais insuffisant ! mettons nous deux secondes à la place de ces "lobbys" de la protection des animaux.
Si les aquariophiles ne veulent pas protéger les animaux dont dépend leur passion, il faut bien s'en mêler !
Qui à part les fumeurs râlerait des dernières lois anti-fumeurs adopté par la France?

Pourquoi ces lois ont elles été adopté? il y avait une loi existante qui si elle avait été appliquée aurait réglé une grande parti du problème, à savoir, des espaces fumeurs séparé physiquement, et ventilé correctement, de façon à ne pas gêner les non fumeurs, ce qui à mon gout était tout à fait normal.
Le problème, les commerçants et lieux publiques concerné se sont dégagé du processus en dénonçant le cout exorbitant du système, les lobbys non fumeurs (des extrémistes aussi), voyant que rien ne bougé, ont alors adopté une position plus radicale, bien compréhensible, l'interdiction complète pour protéger les non fumeurs (qu'ils ont obtenus), est ce mal? non je ne crois pas (pourtant je suis fumeur et je regrette bien une telle radicalisation).

Maintenant voila, que les aquariophiles tuent des milliers peut étre même des millions d'animaux chaque année, le rôle d'association de protection des animaux n'est-il pas de limiter, voir de stopper un tel massacre? peut on leur reprocher de faire ceux en quoi ils croient?

Il nous est donné de prendre nos responsabilités, de marquer les esprits, de faire voir à ces associations, que nous aussi nous aimons les animaux, en "interdisant trois espèces? c'est ridicule !

Qui peut détenir des poissons de plus de 50 cm dans de bonne conditions, très peu de gens, qui peut détenir des animaux comme les Chromobotia, les Pangasius, les Helostoma (très peu importé?), les Sturiosoma, Osteoglossum, les raies, et j'en passe (régulièrement visible en animalerie) voir même les Piranha, enfin bref tout une population qui n'ont rien à faire dans 99,99% des installations.

On va dire, oui mais les 0,01% alors? baaaaaa, ils passent un certificat de capacité, nous avons des gens comme ça sur Abio, et pour qui ce n'est ni un problème, ni une corvée (des vrais passionnés peut être?).
Ou alors, il serait logique que pour 0,01% de concerné, on laisse 99,99% faire n'importe quoi, laissant mourir des centaines, des milliers de poissons, si c'est ça l'aquariophilie alors je comprends mieux le sentiment des extrémistes.

Soyons sérieux et responsable, réglementons les espèces de plus de 50 cm adultes, les espèces sensibles ou impossible à maintenir pour une très grande majorité, adoptons des volumes minimaux, comme dans certain pays je crois (pays qui sont loin d’être à la ramasse en aquariophilie !), essayons de revisiter la formation des vendeurs-animaliers, moralisons un peu nos bourses, et je pense alors qu'un dialogue constructif pourra être crédible avec des associations dites extrémistes.

Quant aux variétés d'élevage, la F.F.A. est claire : on peut ne pas apprécier ces variétés d'élevage, mais il faut accepter le travail des éleveurs à partir du moment où les résultats obtenus sont compatibles avec le bien-être des poissons. Il y a lieu de rester dans le cadre législatif et de lutter contre les manipulations génétiques, les colorations artificielles et tatouages.

La Fédération souhaiterait être alertée par les aquariophiles dans le cas où de telles dérives seraient constatées. Cela permettrait d'intervenir immédiatement auprès des autorités compétentes. Une « info alerte » sera placée sur la publication fédérale.

La encore !


Red parrot


Discus bulldog


Poisson rouge bubble-eyes


Néon voile




Molly ballon

Bien être des animaux sélectionné? Et j'en passe, Pelvica voiles, scalaire et autre poissons sans queue et déformé, un bestiaire inacceptable !

P. Sanguinède signale au conseil d'administration que France Nano Récif se prononce pour l'interdiction d'importation de nombreuses espèces et prend l'exemple de Zebrasoma flavescens.

Voila qui va dans le bon sens, se remettre en question, s'apercevoir de ses limites, et agir pour le bien d'une passion !

Selon la F.F.A., les interdictions sont très dangereuses. De plus, autoriser les importations permet aux aquariophiles de tenter des reproductions. Même si elles ne sont pas encore très nombreuses, les espèces marines capables de se reproduire en aquarium sont en progression constante.


Pour qui, pourquoi?

on ne parle pas d'interdiction, puisque qu'aucune espèces n'est interdite avec certificats de capacités, mais de réglementations.
Ce qui est dangereux c'est de laisser mourir des centaines voir des milliers de poissons qu'on sait, sans aucunes possibilités de résultats( maintenance à long terme, reproductions), les gens qui sont à mêmes d'espérer reproduire des espèces difficiles sont de grands passionnés pour qui un certificat de capacité n'est pas une barrière.

Certificat de compétence

Ce certificat de compétence sera une reconnaissance de la capacité de l'amateur à maintenir les espèces en respectant la politique du bien-être animal et du développement durable. Elle servira à distinguer les amateurs reconnus pour leurs compétences à maintenir et à élever des espèces animales.

La certification sera accordée à tout aquariophile désireux de faire reconnaître sa passion, qu'il possède un ou plusieurs aquariums, qu'il soit ou non spécialisé. En aucun cas cette certification ne pourra être utilisée à des fins lucratives. Elle sera accordée par une commission fédérale sur présentation d'un dossier.

Création d'un mini certificat de capacité? qui se déplacera pour vérifier les dires des dossiers, les personnes seront impartiales?
A quoi bon un sous système sans valeur légale?
Besoin d'une affiliation?
Ou sera alors la liberté d’être reconnu et libre d'engagements?


Comme on le voit la FFA, même si elle à de bons sentiment, apparemment, à mon avis se trompe de direction, mais bien sur ce n'est que l'avis d'un aquariophile amateur non affilié, donc sans grande importance.
avatar
mick
Admin forum &
Président Club

Age : 26
Localisation : Argenton l'Eglise

Voir le Profil Aquariophile
Dernière mise à jour: 02/05/13

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La FFA prépare sont AG

Message par mick le Dim 21 Juil 2013, 20:01

Philippe Sanguinede, président de France Nano Récif

Cité dans un billet que nous avons publié le 14 mai 2013, sur le blog de l'aquarium à la maison, sur un compte-rendu de l'assemblée générale de la Fédération Française d'Aquariophilie, Philippe Sanguinede tient à éclairer sa position et celle de France Nano récif, l'association qu'il préside, quant à la législation sur le commerce des boutures de coraux par les amateurs, entre autre.


Rappelons quelques faits. En février dernier, les services des douanes intervenaient lors de la bourse de Sallertaine (en Vendée) pour contrôler un amateur qui faisait commerce de boutures de coraux. À savoir que tout corail vendu doit l'être avec un numéro de CITES, qui assure sa traçabilité. Il en de même pour toutes les boutures qui en découlent. Encore faut-il être informé de cette législation, et être en possession de ce numéro, que les commerçants traînent parfois à donner. Laissons cet amateur aux prises avec les douanes, le propos étant ici le flou de la législation, la cohérence de la pratique et sans doute les enjeux qui sont en cause.



Philippe Sanguinede explique donc :

« Nos démarches actuelles s'inscrivent toutes dans le sens de la responsabilité et du respect envers les personnes.

Mais ayant trait avec des animaux, et prélevés dans la nature de surcroit,  le respect et la protection des animaux a toujours été un point crucial. Cela concerne deux domaines : les animaux déjà en captivité et les animaux dans le milieu sauvage.



Le problème de la légalité des boutures coralliennes en France est un sujet qui nous a toujours tenu à cœur, car si notre association en interdit dans ses espaces la vente, elle en prône les échanges et les dons par philosophie.

La saisie de Sallertaine a jeté la communauté récifaliste francaise dans un très grand trouble, d'autant plus grand que le PRODAF s'en était réjoui  quelques jours après, et avait tenu des termes peu gracieux envers les amateurs, et que le peu d'informations précises obtenues auprès des intéressés et des témoins à ce moment-là ne correspondaient en rien aux informations données auparavant.

En qualité de responsables associatif et de forum, il nous a semblé essentiel à la fois de calmer les esprits et de comprendre ce dont on était accusé dès ce jour-là.



Il n'existe pas de guide légal concernant l'aquariophilie disponible. Il faut absolument se rendre compte de la réalité du monde récifaliste francais. Il y a des associations et des clubs locaux d'un côté, et de l'autre, un très grand nombre de personnes qui n'en font pas partie et qui tirent informations et conseils des boutiques et surtout des forums. Pour quantité de raisons, le lien entre ces deux mondes est très mince, voire inexistant.

Donc n'ayant pas accès aux connaissances des autres structures, nous nous sommes lancés dans la lecture difficile des textes légaux dont le point de départ est la Loi Cadre de la Convention de Washington, puisque tous les coraux durs et quelques exceptions dans les coraux mous  sont soumis à l'Annexe 2, dont le but est la protection des populations sauvages en en règlementant le commerce international. La Convention est ensuite appliquée dans les textes de ratification européenne, eux même traduits dans le droit français. Le tout allant dans le sens du durcissement progressif des obligations légales auxquelles sont soumis les détenteurs de coraux.

En France, le bras armé de l'Administration est le Service des Douanes, et dans les rapports légaux avec elles, le droit français est inversé : l'accusation n'a pas charge de prouver la culpabilité mais la personne mise en cause doit prouver son innocence. De surcroit, l'Officier a tout loisir d'interpréter les textes légaux. Cela oblige d'autant plus à la compréhension de la loi, que, d'une part obligation nous est faite de la connaître et de l'appliquer et d'autre part, si il y a suspicion d'un outre-passement, c'est à la personne de connaître la limite.

Une notion clef s'est vite détachée : la légalité de l'obtention. Elle donne lieu à des différences d'interprétation. Etait-ce apporter la preuve que l'on a bien eu régulièrement l 'animal par fait d'achat, de cession ou de don (nous avions d'ailleurs créé un bon de cession d'ailleurs des années auparavant pour mettre en œuvre une traçabilité) ? Ou le fait que la colonie d'origine était bien rentrée légalement sur le Territoire Européen ?

Difficile de trancher. Mais la nature des rapports de droit avec la Douane nous a semblé imposer le fait qu'à accusation, nous devions opposer parole des Autorités, et non une interprétation personnelle. Donc, le cas échéant, poser des questions.



Deux faits troublants entrent alors en jeu.

Le premier est que les informations qui ont circulé des années sur le net se sont avérées fausses. Elles ont même parfois copié l'application de lois mise en vigueur à l'Etranger. D'autant plus, que nous n'avions absolument aucune indication légale ni démenti officiel. J'avais contacté la DSV parisienne pour connaître les modalités légales concernant le bouturage et été mal renseigné. Donc pas de communications officielles, mauvaises lectures, rumeurs, mauvaises pratiques qui ont fait que, lors des cessions, les coraux cédés ne l'ont pas été avec le numéro de dossier d'importation sur le territoire européen ou CITES et que cette information capitale a été perdue.

Le deuxième fait est qu'un certain nombre de commerçants ne donnent pas le CITES lors de l'achat, jugeant que cela n'est pas nécessaire. Cela est vrai en France, mais aussi en Belgique ou en Allemagne par exemple. A leur décharge, ils ne reçoivent  parfois les factures accompagnées des CITES de la part de leur propre fournisseur que bien plus tard après avoir mis en vente les animaux. Mais, il faut dire aussi, que contrairement aux lois commerciales, certaines enseignes n'affichent pas non plus les prix aux clients, d'où des dérives flagrantes. Donc, force est de constater parfois des pratiques fort douteuses chez les professionnels.



En résumé, acquérir un animal dans un de ces deux cas met l'acheteur en illégalité.



L 'ampleur de la situation critique devient d'autant plus grande qu'un changement de taille est intervenu dans les décennies qui ont suivi la mise en place de la Convention.

Une parole d'un des membres dirigeants de la FFA a été particulièrement éclairante. En substance : quand la loi a été faite, on achetait les coraux en boutique et ils mourraient de leur belle mort dans le bac de l'acheteur quelques temps après.  Hors les avancées techniques et scientifiques ont changé la donne, car depuis cette époque les coraux se reproduisent ! Pas un peu ! Mais, du fait de leur biologie, chaque fragment est à même de donner en quelques temps une colonie entière, moyennant bons traitements.



Deux conséquences. Un, le nombre de coraux sans CITES augmentent exponentiellement. Deux, les amateurs ayant vraiment soin de leurs animaux et ne voulant pas tuer ces morceaux de colonie, plus l'obligation des textes CITES qui est faite de tout faire pour le bien être de l'animal mais qu'ils ignorent, on doit se séparer de cette masse d'animaux, d'où dons, échanges et ventes.



De surcroit, nous avons identifié également un autre problème. Il existe de nombreux cas où des coraux durs arrivent sous forme de larve ou de fragment apparemment morts sur d'autres supports. Ce peut être des coraux durs ou des pierres vivantes, alors le CITES porte sur le support mais la larve ou le fragment n'a aucune existence légale. Soit cela arrive dans une colonie d'animaux non soumis à CITES, et là rien du tout.



L'ensemble de toutes ces causes fait que rares sont les récifalistes français qui ne sont pas en illégalité, ou plutôt, quasiment tous les récifalistes francais sont susceptibles d'être condamnés.



La remarque de la personne de la FFA nous a conforté dans la certitude que l'information principale était l'entrée légale sur le Territoire Européen et sa tracabilité. Que faire quand cette information a été perdue ? De surcroît, il nous semblait assez rocambolesque d'être mis en accusation par les mêmes personnes dont le non respect des devoirs dans le cadre des traités de ratifications européens nous mettait dans l'illégalité.



C'est un peu antérieurement à cette étape et parce que nous avions choisi de mettre en garde toutes les structures qui faisaient après Mars des bourses dont nous avions connaissance, que nous sommes rentrés en contact avec la FFA, qui renouait par là même avec une structure Internet. Même si nous avons choisi d'établir à cette période un partenariat avec elle, nous avons souhaité conserver notre liberté de ton, d'autant plus que nos engagements sur d'autres fronts ne vont pas exactement dans la même direction.

Puisque nos problèmes juridiques nous mettaient en présence de trois étages décisionnaires, nous avons donc opté pour écrire à la Ministre de l'Ecologie, de l'Environnement et du Développement Durable de l'époque, Mme Delphine Batho, mais aussi à l'Union Européenne  et au Secrétariat du Cites en Suisse, en mettant en lumière pour chacun les difficultés rencontrées et en faisant des propositions. Ces lettres faisaient suite à des courriers déjà envoyés par la Fédération qui n'avaient jamais fait l'objet de réponse de la part des autorités. L'important était pour nous de clarifier la situation pour les récifalistes, amateurs ou entreprises.

Une lettre nous a été envoyée par le Ministère et nous remercions vivement les personnes en charge du dossier qui, non seulement ont pris le temps de lire, mais aussi de réfléchir et de nous apporter des réponses argumentées. Quelques jours plus tard, une lettre provenant de l Union Européenne nous signalait que ces réponses avaient été également transmises à Bruxelles.

A l'heure actuelle, si nous avons reçu des précisions très claires sur nos obligations et sur les bonnes pratiques à suivre, tous les problèmes soulevés n'ont pas trouvé réponse. Nous avons publié et transmis cette lettre réponse de manière à ce que chaque récifaliste suive ces prérogatives, connaisse ses devoirs et sache ce qu'on n'est pas en droit de lui reprocher. C'était notre motivation première : avoir une réponse des Autorités.



Les faits d'importance clarifiés par le Ministère sont les suivants :

Chaque corail dur entré sur le Territoire européen doit être accompagné de son CITES et fourni à l'acheteur ou acquéreur et, ensuite, il nous a été indiqué une procédure à suivre pour établir la tracabilité des boutures produites sur notre territoire.



Les deux problèmes restant demeurent :

-Dans le cadre du bouturage d'un animal sur le territoire, la personne qui ne pourra plus retrouver la personne ou enseigne ou certificat, sera susceptible d'être pénalisée. Quelle solution pouvons nous trouver pour cette personne ?

-En cas de passager clandestin, comment à nouveau remettre en situation légale le détenteur ?



Nous avions proposé à Mme Delphine Batho de détourner un bon CERFA pour établir un inventaire et donc donner une identité à l'animal. Réponse argumentée nous a été opposée à cela, même si la pertinence de l'idée a été relevée. Il nous semble donc raisonnable de travailler sur le moyen de redonner une légalité au détenteur et une identité au corail, d'autant plus que celui-ci a de grandes chances de produire des boutures qui devront porter l'identité de la colonie mère. Mais charge à nous de clarifier à un instant T la situation grâce aux directives des Autorités et à une procédure exceptionnelle dans un certain nombre de cas. Mais il est quasiment certain que chaque aquariophile sera dans ce cas, pour au moins un de ces animaux.



Depuis, une seconde saisie a été effectuée par la même équipe des Douanes, mais cette fois-ci au domicile d'un particulier faisant collection et ayant acheté via le net des squelettes de coraux durs, eux aussi soumis aux mêmes exigences légales. Les deux personnes intéressées nous ont communiqué les doubles des procès verbaux rédigés par les Autorités.



Donc, depuis le communiqué de l'AG de la FFA, nous nous félicitons de voir les choses commencer à évoluer dans le bon sens pour les récifalistes francais. Charge aux autres états européens de procéder de même et peut être de modifier les exceptions des lois CITES vis à vis des coraux. Il existe en effet des aménagements prévus pour les végétaux en Annexe I, mais qui, reproduits en milieu contrôlé, glissent en Annexe 2. Du fait de la propension  immense des coraux durs  à se reproduire par bouturage, proche d'une manière végétative, peut être serait il opportun d'examiner la question.

Quoi qu'il en soit, notre priorité est de protéger le récifaliste francais.



La lettre du Ministère va être transmise aux deux personnes chez qui il y a eu perquisition. Maintenant, à eux de voir les démarches qu'ils pourraient entreprendre, en ayant connaissance de surcroit des textes maintenant portés à la connaissance du public récifaliste et clairement identifiés comme textes de référence.



Il faut souligner qu'à une époque où beaucoup essaient de trouver des dérogations aux lois, nous nous battons pour rentrer dans un cadre légal et obtenir l'application des lois à notre endroit !



Notre existence depuis presque 12 ans, et six années d'administration d'une structure qui combinent à la fois forum, rencontres, sorties parfois, a permis aussi de dégager une identité forte. Le fait que nous ayons eu pendant des années une moyenne d'age jeune, aux alentours de 25 ans  voire moins, maintenant des membres qui vont de 15/16 à plus de 70 ans, a certainement contribué à intégrer dans notre philosophie des valeurs actuelles portées sur l'Environnement, sur les problèmes climatiques et écologiques. De plus la richesse des sensibilités que nous apporte la multi-nationalité de nos membres dont la plus grande part sont bien sur français, belges et suisses, mais peu de zones géographiques dans le monde ne nous ont pas consulté au fil des ans, a aussi contribué à cette élaboration.

Au fil des ans, nous avons bâti, par le biais d'un regard particulier sur le « petit », un intérêt et un respect du vivant en général. Et donc une conscience et une réflexion propre s'est élaborée.

De toutes les années de présence quotidienne auprès des membres (à l'heure actuelle, sur 365 jours courants, chaque jour environ 465 IP nouvelles nous lisent), nous avons tiré des enseignements.

Premièrement, force est de constater que les espèces proposées sur le marché francais ne sont pas pour une grande partie issues de l'élevage. De nombreux coraux durs à petits polypes, certains à grands polypes, des coraux mous sont élevés. Certains invertébrés sont élevés. Un nombre quand même réduit de poissons. Les coraux sont élevés en territoire européen ou en milieu tropical. Les poissons à l'étranger, et le seul établissement d'élevage francais pour les poissons a fermé l'automne dernier.

Tout le reste provient du prélèvement en milieu naturel. Et pour l'essentiel, ce sont des espèces provenant du monde Indo-Pacifique. Les espèces américaines sont rares et les importations en provenance des USA encore plus.



Il ne faut pas se voiler la face : sur certaines espèces dont la répartition est très localisée, le prélèvement peut être une véritable menace, et certains peuplements sauvages ont véritablement été mis à mal. Donc, nous n'hésitons pas à dire que l'extraction d'un nombre d'animaux des systèmes de chaine alimentaire et à des fins aquariophiles fait de nous de véritables prédateurs et pose un vrai problème.

D'où la nécessité de contrôler le commerce de ces espèces et pas seulement celles soumises à CITES, d'exiger que la qualité de l'approvisionnement s'améliore encore de manière à ce que un fort pourcentage d'animaux ne meurent dans les bacs de capture, chez les importateurs et dans les animaleries.



La deuxième revendication que nous avons est la mise en place d'une liste d'animaux qui ont des besoins biologiques si spécifiques que leur présence dans le circuit animalier les condamne obligatoirement à mort en quelques semaines, parce que les particuliers n'ont ni les connaissances ni les capacités techniques de les maintenir. Nous militons donc pour que ces animaux, invertébrés comme les coraux et gorgones non symbiotiques, et certaines espèces de poissons ne soient plus proposés aux particuliers mais réservés à des capacitaires.

Les années nous permettent aussi d'affirmer que chez les amateurs, mis à part certaines très rares espèces d'invertébrés (coraux mis à part) et poissons comme les Pterapogon sp., il n'y a pas de reproduction ! Ou alors chez des très rares particuliers avec des installations elles aussi très particulières. Donc, à la question : faut il ne pas mettre en place des interdictions pour que, éventuellement, il y ait de rares cas de reproduction et faire continuer le massacre chez quantités de gens, nous avons le courage de dire non !

De toute façon, les multiples bruits circulant sur des groupes œuvrant pour des interdictions en aquariophilie doivent nous faire comprendre que le temps est venu d'utiliser le balai, non seulement sur le pas de la porte, mais surtout dans notre maison, si nous ne voulons pas que d'autres décident à notre place ! Et nous trouvons, que des populations souveraines, comme à Hawaïï, par exemple, peuvent légitimement avoir la tentation d'interdire les exportations de leur faune marine vers d'autres pays à des seules fins ornementales. D'où effectivement des espèces que le particulier n'aurait plus la possibilité de trouver dans le commerce. Sur le même plan, nous voyons se dessiner avec beaucoup d'inquiétude les projets de certificats visant à la possibilité de détention des animaux marins qui seraient rendus nécessaires pour les amateurs. Il s'agit d'une limitation flagrante à la liberté d'être un débutant et qui laisserait la pratique de notre passion aux seules personnes pratiquant déjà le récifalisme. A notre gout, cela procède d'une méconnaissance importante des milliers de nouveaux aquariophiles qui sont venus à la discipline par les voies du Net et des boutiques. Et sur ce point, nous invitons le monde professionnel a également se prononcer car il y a là, à notre avis, une très grande menace sur leur chiffres d'affaires immédiat et futur. Les personnes qui ont de telles idées doivent s'expliquer. Ceci étant, si il n'y avait pas eu le net, il n'y aurait pas eu autant de débutants qui deviennent des Noms dans le monde amateur et des références dans les domaines professionnels attenant à notre discipline.



Donc, pour les poissons et les invertébrés sessiles, nous sommes partisans de vraiment examiner les conséquences des prélèvements sur les populations sauvages et de statuer, mais fa garder les vannes ouvertes pour les espèces dont les populations sont importantes, et de regarder en profondeur le cas des espèces où les captures ont un impact pouvant porter à conséquence. Dans cet optique, nous sommes plutôt pour l'élargissement de l'esprit de la Convention de Washington.



Pour les coraux reproductibles, nous proposons l'alternative de l'élevage national ou européen. De nombreuses espèces sont acclimatées depuis longtemps, les boutures circulent. Nous proposons de travailler conjointement avec les autorités et les partenaires commerciaux pour que les animaux issus des aquariums particuliers puissent, comme dans d'autres secteurs d'activités animaliers, être intégrés aux circuits commerciaux.

Il n'y a que des avantages !

Souches établies et solides. Tailles adaptées à des demandes qui s'orientent vers des bacs de plus en plus petits.

Pas de risque de transport et pas de frais de transport pour le commerçant. Les animaux sont à proximité immédiate souvent de sa boutique.

Réduction des pollutions dues aux transports, aux frets

Réduction des déficits commerciaux vis à vis de l'étranger, dans la petite mesure de notre participation.



Le bouturage trouve sa solution alors, si tant est que tout le monde respecte la loi.



Nous avons là une démarche commerciale, légale mais aussi idéologique. L'aquariophilie marine d'il y a des années basée essentiellement sur le pillage des populations sauvages a vécu. Nous et d'autres structures avons décidé de nous reposer sur l'élevage et l'acquisition raisonnée des animaux. En cela, nous contruisons un récifalisme plus respectueux de la nature. Cela concerne les amateurs, mais aussi des entreprises, et certaines élevant sur notre territoire, sont en mesure de proposer des molécules originales et très puissantes pour lutter contre des formes non traitées de certaines maladies mortelles.



Comme nous l'avons écrit à l'IFRECOR et aux représentants, directeurs, sénateurs et députés qui se sont donné la mission de protéger les huit régions française abritant des récifs coralliens, il existe un neuvième récif : le récif captif. Et parce que nous aimons nos animaux et en prenons soins, nos petits bacs sont les petites fenêtres à travers lesquelles nous, amateurs, avons la possibilité de faire connaître le monde marin et toutes les menaces qui pèsent contre lui et d'éduquer.



Notre association a choisi d'encourager chaque membre chaque jour à respecter ses animaux sur notre forum, en accueillant entre autre les débutants. Nous nous réjouissons de voir que d'autres forums adoptent des attitudes similaires. Et notre association a aussi choisi d'ouvrir des partenariats avec une entreprise d'élevage et de recherche française et une ONG qui recrée des récifs en Indonésie et vise l'éducation des populations locales sur place et la sensibilisation des populations des pays développés par une forte médiatisation. Dans le même esprit,  nous avons commencé à faire des visites commentées dans des musées auprès de groupes de plongée. J'ai engagé mon association sur ces chemins de la même manière que je m'y implique personnellement.



Notre propos est donc la sensibilisation sur toutes les questions touchant le récifalisme et de pousser à l'émergence d'un mouvement de fonds plus vaste. »
www.francenanorecif.fr
avatar
mick
Admin forum &
Président Club

Age : 26
Localisation : Argenton l'Eglise

Voir le Profil Aquariophile
Dernière mise à jour: 02/05/13

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La FFA prépare sont AG

Message par Bonhomme le Mar 23 Juil 2013, 21:11

merci mick d'avoir reporté le message de Philippe Sanguinede, président de France Nano Récif.

Si certains le peuvent, je vous conseille de lire le Compte rendu de la réunion de C.A. de mars 2013
sur l'AquarioInfo de juillet, histoire de bien comprendre cette histoire

http://www.fedeaqua.org/index.php?option=com_content&view=article&id=548:aquario-infos-le-nd-de-juillet-est-en-ligne&catid=42:aquarioinfo
avatar
Bonhomme

Age : 30
Localisation : Ça dépend des jours
Humeur : On dirait pas comme ça, mais des fois, j'en bave !

Voir le Profil Aquariophile
Dernière mise à jour: 31 janv.2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La FFA prépare sont AG

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum